Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 09:27

AU NOM DU PÈRE ET DU FILS ET DU SAINT ESPRIT

« La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père, et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec vous. » Salutation d’ouverture de la messe, cette formule vient des Écritures (deuxième lecture). La liturgie ne se lance pas d’abord dans une explication sur la Trinité mais elle nous immerge en elle. Le signe de croix « Au nom du Père, et... » que nous faisons parfois machinalement, est lui aussi le signe de la sainte Trinité. « Un seul Dieu », Père, Fils et Esprit, disons-nous dans le Credo.

II faut comprendre qu’il ne s’agit pas de trois individus, voire de trois dieux différents. La sainte Trinité est l’expression de l’unité de Dieu en trois identités distinctes : celle du Père, celle du Fils et celle de l’Esprit. Qu’y aurait-il alors d’étrange à croire en un Dieu qui n’est pas solitude mais communion ?

Dès avant la Création, l’Esprit et le Verbe sont auprès de Dieu. La prière d’ouverture (oraison du jour) mentionne que le Père a envoyé dans le monde sa Parole de vérité et son Esprit de sainteté pour révéler le mystère de Dieu aux hommes. Cela n’est pas une abstraction.
La Trinité est en mouvement incessant vers les hommes. En elle, nous faisons l’expérience de Dieu : nul n’a jamais vu le Père mais son Fils, sa Parole, nous l’a fait connaitre et l’Esprit nous le rend intelligible pour aujourd’hui.

L’Église enseigne la Trinité par la prière : toute prière est trinitaire, adressée au Père par le Fils et dans l’Esprit, ou au Fils, avec le Père et l’Esprit... Les points d’insistance varient mais la prière est toujours une participation à la communion trinitaire.

La vie trinitaire est donnée en partage à l’humanité comme modèle de la perfection de l’amour.
La contemplation de l’amour trinitaire transforme nos manières d’aimer. Elle est invitation à sortir de soi pour aimer plus gratuitement, à éradiquer ce qui conduirait au repli et à la suffisance.
La sainte Trinité nous façonne afin que nous ayons besoin les uns des autres.

 
Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 11:37

 

Souvent les gens me demandent si je récite le chapelet. Ils croient que, curé moderne, je laisse ça à celles qu'on appelle "les bigotes". Je récite le chapelet tous les jours et je le médite. J'aime immensément mon chapelet. Je prie sur un dizainier. C'est plus discret et plus pratique.

Le chapelet c'est la prière du pauvre!

Oui et c'est pour cela qu'on n'en veut plus. Les objections pour ne pas le réciter? "C'est un truc de vieilles", peut-être mais je connais de plus en plus de jeunes qui le récitent. "C'est marmonner la même prière. C'est lassant et je pense à autre chose". Là, t'as tout faux! Répéter "Je vous salue Marie" à plein coeur, même si tu t'évades de temps en temps de ta prière, tu te projettes dans un souffle d'amour qui te porte et te dynamise. Le rosaire te met dans un climat d'élévation. En effet, la prière, ce n'est pas tirer le ciel vers la terre pour que Dieu, par sa mère, exauce automatiquement tout ce que tu demandes. C'est s'élever vers Dieu qui sait, mieux que toi, ce dont tu as besoin. C'est le sens de la parole du Christ: "'Tout ce que vous demanderez sera exaucé"...Accroche-toi à ton chapelet. Tu verras combien ces "Ave Maria" t'apporteront une joie immense. Ils toucheront le coeur de Marie. Elle intercédera auprès de Dieu. Et Dieu faiblira. Et te donnera, grâce à Elle, tout ce que tu demanderas.

J'appelle cela les "sourires de Marie". Attends-toi à ce qu'elle te comble de grâces.


Le chapelet est un médium, un véhicule ; c’est la prière mise à la portée de tous.


http://www.guygilbert.net/fr

Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 07:59

La dernière saison de pèlerinage a été fortement impactée par le confinement et les autres mesures sanitaires prises pour faire face à la pandémie. Commencée au mois d’août seulement, elle s’était arrêtée début octobre déjà, soit à 5 messes au total.

La saison 2021 se présente sous de meilleurs auspices et, sauf nouvelles restrictions, elle devrait s’étaler de mai à octobre.

Dimanche 2 mai, le recteur, l’abbé Cédric KLEIN a présidé la messe mariale d’ouverture de la saison devant une assistance certes réduite, à cause de la jauge sanitaire à respecter dans les lieux de culte, mais qui n’en a pas moins fervente. En effet, beaucoup de pèlerins alsaciens qui représentent presque la moitié de la fréquentation ne sont pas venus à cause des restrictions de déplacements en vigueur encore ce jour-là.

Le talent de Jean-Philippe Yvon BARTHEL à l’orgue et la belle prestation de la petite chorale qu’il dirige ont, une fois de plus, rehaussé cette belle cérémonie, très appréciée des fidèles, qui retrouvent dans ce petit sanctuaire la ferveur des messes d’antan.

Les messes vont se succéder tous les quinze jours, les prochaines, les dimanches 16 mai et 30 mai à 16 H.

Première messe de la saison à ND de la confiance
Première messe de la saison à ND de la confiance
Première messe de la saison à ND de la confiance
Première messe de la saison à ND de la confiance
Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 12:52

La saison de pèlerinage

au sanctuaire ND de la confiance

débutera par une messe solennelle

le dimanche 2 mai 2021 à 16 H

En ce mois de mai, mois de Marie,

nous nous rassemblerons pour la récitation du

chapelet médité à partir de 15H30. 

Le programme complet de la saison sera mis en ligne dans les prochains jours.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 10:27
Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 09:47

Voici venir la Chandeleur, au deuxième jour de février.

Mais qu'est la chandeleur demande le jeune enfant qui entend pour la première fois ce terme?

La Chandeleur! répondons-nous tous en choeur c'est le jour des crêpes,

des crêpes que l'on prépare en famille ou entre amis. 

La chandeleur est avant tout une fête religieuse.

Si la coutume fut et reste, dans beaucoup de régions françaises de préparer des crêpes, ce n'est pas de ce met que ce jour tient son nom.

En effet, pour les Chrétiens ce jour est celui de la célébration de la présentation du Christ au Temple et des relevailles de Marie.

Traditionnellement pendant la messe de ce jour étaient bénits et allumés de nombreux cierges.

 Ceux-ci avaient ensuite le pouvoir, lorsqu'ils étaient rallumés pendant un orage de chasser la foudre, et plus généralement de tenir éloignés les mauvais esprits, les démons, les intempéries.
Des processions avaient lieu dans les champs et les vignobles, surtout au Moyen Age,

 mais aussi de l'église à la demeure.

Quelle en est l'origine?

Elle fut instituée par le Pape Vigile (VI siècle) pour remplacer la fête de Proserpine que l'on célébrait par des courses aux flambeaux.

Suivant Innocent III, elle fut établie par le Pape Gélase Ier (V siècle), qui la substitua aux Lupercales, fêtes établies en l'honneur de Pan, et qui étaient accompagnées de courses semblables.

L'origine de la Chandeleur est donc probablement païenne et remonterait aux Parentalia romaines: c'est-à-dire à leur fête annuelle en l'honneur des morts, au cours de laquelle ils veillaient à l'aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux infernaux.

 Mais n'oublions pas que pour les Chrétiens, 

 le 2 février est également la Journée mondiale de la vie consacrée,

qui souligne l'engagement des religieuses et religieux dont vocation est de rappeler au monde que ce n'est pas l'argent et la richesse qui font la valeur d'un homme et que pauvreté, obéissance et chasteté sont un trésor de l'Evangile.


 

Presentation-au-Temple.jpg 

Partager cet article
Repost0
GH - dans A la Une
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 13:11

 

 

Dans la joie de Noël et dans la confiance de l'an nouveau

l'abbé Cédric KLEIN, recteur du sanctuaire

ainsi que l'équipe d'animation

adressent à tous les pèlerins leurs voeux de Lumière et de Paix

et leur donnent rendez-vous au mois de mai prochain

pour une nouvelle saison de pèlerinage.

 

 

 « Que le Seigneur vous bénisse et vous garde ! Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, qu'il se penche vers vous! Que le Seigneur tourne vers vous son visage, qu'il vous apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26).

 

Prions Dieu qu'à Noël nous puissions accueillir Jésus non dans la froide mangeoire de notre coeur mais dans un coeur plein d'amour, animé par la chaleur de l'amour  que nous avons les uns pour les autres.
Mère Térésa

Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 10:19
Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 12:15

A cause de l'épidémie de Covid, 2020 sera une année exceptionnelle, également pour St Nicolas. En effet, avec sa grande barbe, il ne peut pas porter de masque et donc visiter les écoles en respectant les gestes barrières.

 

Alors, même s'il ne peut pas venir dans les écoles pendant les cours, ce n'est pas pour autant qu'il va oublier les enfants sages qui trouveront bien sûr leurs cadeaux comme les années précédentes, car pour une fois, St Nicolas a bien l'intention de braver le confinement pour une bonne cause.

 

Pssst, surtout ne le dénoncez pas!

Saint Nicolas est fêté le 6 décembre. Cette fête est davantage marquée dans l'Est (Lorraine et Alsace) et le Nord de la France, en Belgique, Allemagne, Autriche et aux Pays-Bas.
Le saint évêque fait le tour des villes pour récompenser les enfants sages. Il visite les écoles maternelles, distribuant aux enfants friandises, pain d'épices, oranges… Chars, défilés prestigieux, feux d'artifices... parachèvent les traditions de cette fête. Saint Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ces régions. A ce titre, il arrive que des jouets soient offerts aux enfants ce jour-là plutôt qu’à Noël (jour où le cadeau est l’Enfant Jésus).
Aujourd’hui, saint Nicolas est pour beaucoup une légende, un personnage de défilé… Mais n’oublions pas qu’il a vraiment existé. Son histoire est parvenue jusqu’à nous, peut-être teintée de récits plus discutables et proches du mythe. Qui était-il ? Où vivait-il ? Qu’a-t-il fait ? Nous l’avons rencontré…

 Saint Nicolas distribue des friandises aux enfants sages d'une école de Moselle

Photo-3039.jpg

Parlez-nous de votre enfance

Je suis né vers 270 (c’est si loin dans le temps que la précision me fait défaut !!) à Patare, en Lycie, une ancienne région située au sud de l’Asie-Mineure. Mon père s’appelait Euphémius. Il était un homme riche, pieux et charitable. Ma mère, Anne, était la sœur de Nicolas l’Ancien, évêque de Myre.
Des gens racontent que, nourrisson, je repoussais vigoureusement le sein maternel, préfigurant ainsi ma future pratique assidue du jeûne.
Mes deux parents sont morts de la peste alors que j’étais encore jeune. Me voilà donc à la tête d’une belle fortune que j’ai alors décidé de consacrer à des œuvres de charité.

St Nicolas accompagné de son âne

Photo-3037.jpgEt votre sacerdoce ?

C’est mon oncle, évêque de Myre, qui m’a ordonné prêtre et placé comme supérieur du monastère de Sainte-Sion près de Myre.
A la mort de mon oncle Nicolas, les évêques de la province ont ressenti que Dieu me choisissait pour lui succéder. J’ai donc été contraint d’accepter, par respect de la volonté divine !
J’ai connu la persécution, puisque j’ai passé en prison les dernières années du règne de l’empereur Dioclétien. Avec l’arrivée de Constantin, j’ai été libéré et suis revenu à Myre. En plus de ma charge épiscopale, j’ai dû me battre contre l’idolâtrie, issue du polythéisme, toujours vivace. De même, j’ai dû convaincre mon peuple de garder confiance lors d’une grande famine, me démenant pour leur procurer de quoi survivre. Cela a permis à chacun de se recentrer sur les choses essentielles à la vie : aimer Dieu et son prochain… et garder confiance dans l’épreuve.
Au cours de mon épiscopat, je me suis aussi évertué, avec l’aide de Dieu, à combattre les hérésies, notamment celle d’Arius. Lors du premier Concile de Nicée, j’ai fait partie du groupe des 318 évêques qui ont condamné l’arianisme.

L’histoire fait de vous un thaumaturge. Pouvez-vous nous parler de vos miracles ?

Pour remettre les choses à leur place, il ne s’agit pas de « mes » miracles, mais de ceux du Seigneur. Je ne suis que son instrument !
Beaucoup d’artistes ont illustré le miracle des trois soldats condamnés à mort. Ils ont prié Dieu que j’intercède pour eux. Ainsi, après que l’empereur Constantin m’a vu en songe lui clamer l’innocence des trois malheureux, ils ont été libérés.
Il y a aussi l’histoire des trois enfants partis aux champs et tués par le boucher. Tout le monde la connaît bien, puisqu’elle est chantée par un grand nombre d’enfants à travers les siècles.
On parle aussi d’une tempête apaisée par mon intercession.
Pour finir avec cela, après ma mort sur terre, vers 325, une huile miraculeuse s’est écoulée de mon tombeau.

Tous ces miracles sont-ils à l’origine de votre immense patronage ?

Beaucoup de corporations m’ont choisi comme protecteur ou comme saint patron, probablement en raison de ces miracles. Pour en citer quelques-uns, notons les enfants, les écoliers, les marins, les bateliers, les pêcheurs, les voyageurs et les pèlerins, les mal-jugés, les tonneliers… Je suis aussi patron de la Russie et de la Lorraine, mais ça, vous le savez déjà !

 

 

Partager cet article
Repost0
GH - dans A la Une
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 10:50

Rappel aux visiteurs du sanctuaire

La saison de pèlerinage 2020 est terminée.

Après la Toussaint, le sanctuaire ND de la confiance de BAERENTHAL passe traditionnellement à l'horaire d'ouverture d'hiver.

La chapelle est donc ouverte de : de 10H à 16H  et l'entrée se fait par la porte latérale.

Coordonnées GPS de la chapelle : 48.9792 N - 7.5171 E

 

 
Partager cet article
Repost0
G H - dans A la Une

Présentation

  • : Pèlerinage ND de la confiance BAERENTHAL
  • : Blog du Sanctuaire Marial Diocésain ND de la Confiance de BAERENTHAL
  • Contact

NEWS

Notre Paroisse